Votre animal se fait opérer

Déroulement pré-opératoire

Lorsque votre compagnon va subir une intervention chirurgicale, une visite au préalable est fortement recommandée. Elle permettra au vétérinaire de contrôler l’état de santé de votre animal et de s’assurer ainsi que tout risque dû à l’anesthésie est écarté (cœur, respiration).

Le jour de l’opération, il doit être à jeun environ 12 heures avant la chirurgie; sous l’effet de l’anesthésie, l’animal a le réflexe de régurgiter ses aliments. Il est donc préférable qu’il n’ait rien dans l’estomac. Il doit cependant avoir la possibilité de se désaltérer jusqu’à 3-4 heures avant l’intervention.

Arrivé au cabinet, le vétérinaire vérifie une dernière fois l’état de santé de l’animal puis lui administre une injection intramusculaire afin de le tranquilliser. L’animal est alors placé en hospitalisation le temps que le produit fasse son effet.

Lorsque l’animal est tranquillisé, commence la phase de préparation chirurgicale:

1) il reçoit un cathéter veineux qui permet d’avoir la possibilité de lui injecter des produits par voie veineuse, de lui assurer par baxter une bonne hydratation, le maintien de la pression sanguine et de lui apporter certains éléments nutritifs;

2) c’est par cette voie intra-veineuse que sera administré l’anesthésique. Ce produit est injecté en faible dose.

3) le vétérinaire insère une sonde endotrachéale dans la gorge de l’animal. Qui permet d’amener l’oxygène et le gaz anesthésique jusqu’aux poumons de l’animal. L’anesthésie gazeuse est la plus sûre pour l’animal et assure le réveil le plus rapide.

4) Afin de pouvoir contrôler le rythme cardiaque, la température et la respiration, l’animal est placé sous monitoring. Au cours de l’opération, les organes vitaux de votre animal sont en permanence sous surveillance.

5) après avoir vérifié que l’animal dort profondément et ne risque donc pas de ressentir la douleur, la zone à opérer est tondue, nettoyée et désinfectée, afin d’assurer une meilleure stérilité.

6) Pendant que l’assistante prépare l’animal, le vétérinaire procède à un lavage chirurgical afin d’être stérile et limiter ainsi les risques d’infection. Les instruments de chirurgie ont également été stérilisés au préalable.

7) avant l’intervention, l’animal reçoit un antibiotique et un anti-inflammatoire qui couvre le temps opératoire.

L’opération s’étant déroulée de façon stérile, il ne sera pas nécessaire par la suite de donner des médicaments.

Déroulement post-opératoire

Suite à l’opération, l’assistante contrôle le réveil de l’animal. Celui-ci est placé en hospitalisation sous lampe chauffante. Durant l’anesthésie, la température corporelle a tendance à diminuer, même si la perfusion est chauffée et que l’animal est placé sur un coussin chauffant. La lampe permet donc un meilleur confort post-opératoire.

L’heure à laquelle les maîtres peuvent récupérer leur compagnon dépend de la vitesse de réveil de ce dernier. Votre compagnon vous retrouvera dès qu’il sera en pleine possession de ses moyens. L’animal étant ravi de retrouver ses maîtres, il est plus pratique et facile de lui retirer la perfusion avant leur arrivée.

De retour à la maison, il pourra recevoir un peu d’eau. S’il ne la régurgite pas et qu’il le demande, il pourra recevoir un peu de nourriture (⅓ de la ration habituelle, maximum). Dès le lendemain, il pourra manger normalement.

Un contrôle de plaie aura lieu 5 jours après l’intervention. S’il y a des fils de suture apparents, ceux-ci pourront être retirés après 10 jours. L’animal doit impérativement garder sa collerette en permanence, jusqu’à la cicatrisation de la plaie. Il mettra à peine un ou deux jours à s’y habituer. Le propriétaire est chargé de vérifier l’état de la plaie quotidiennement. Celle-ci ne doit être ni enflée, ni être rouge, suinter ou sentir mauvais.

Il se peut que l’animal reste calme durant les 2-3 jours qui suivent l’opération. Ce comportement est tout à fait normal et ne nécessite aucune inquiétude. Ensuite, il faudra veiller à ce qu’il reste calme pour ne pas effectuer de tension sur les points de suture. Qu’ils soient visibles ou non, une trop forte tension peut entraîner une rupture des fils.