Education

Les bases de l’éducation du chien

De nos jours, une famille belge sur trois a un chien, animal fort apprécié comme animal de compagnie. Cependant, trop d’entre eux seront un jour abandonnés pour des raisons telles que la malpropreté, la dominance, etc. qu’une bonne éducation aurait pu éviter.
Différents points importants sont à prendre en considération pour que la vie avec son compagnon soit harmonieuse. « Chien bien éduqué = maître heureux ».

Le nom

Le nom qui sera choisi doit être court, 2 syllabes au maximum, et doit de préférence se terminer par une voyelle pour être sec lorsqu’un ordre est donné. Une fois le nom choisi, il faut l’utiliser aussi souvent que possible pour que le chiot l’assimile au plus vite.

La hiérarchie

Dès son arrivée, il est important d’inculquer au chiot les règles de la maison et de montrer qui est le maître. Le chien doit se trouver en bas de la hiérarchie ; loin d’être dénigrante, cette situation sera plutôt confortable pour le chiot. Pour lui faire comprendre sa place dans la maison, voici quelques petits conseils à suivre:

  • Le maître décide quand débutent et finissent les jeux, les câlins, les promenades …
  • Son repas lui sera donné après celui des maîtres et il ne devra rien recevoir à table.
  • Habituez-le dès le début à lui retirer sa gamelle pendant qu’il mange. Il sera alors moins possessif et les risques d’accidents seront limités si un enfant s’approche trop de la gamelle durant son repas;
  • Il doit avoir un endroit à lui (panier) en dehors du passage et d’où il ne peut pas tout observer et donc ne pas avoir de contrôle;
  • Lui interdire l’accès aux lits et de préférence aussi aux divans: places des maîtres.

Afin que le chien soit équilibré et n’aie pas de troubles du comportement, il est primordial de rester cohérent :

  • Ce qui ne lui est pas permis un jour ne peut pas l’être le lendemain!
  • Tous les membres de la famille respectent les mêmes principes vis-à-vis du chien.
  • Tous les chiens de la maisonnée répondent aux mêmes règles.

La socialisation

Tout ce que le chiot rencontrera avant l’âge de 3 mois lui semblera normal, connu, et il n’en aura pas peur. Il est donc essentiel de le mettre en contact avec tout ce qu’il risque de rencontrer tout au long de sa vie: les gens (petits et grands), les autres chiens, les autres animaux (chats, chevaux, vaches, …), les différents bruits (voitures, avions, trains, orages, pétards, …), les différents mouvements (cyclistes, poussettes, joggeurs, …) et de le faire monter en voiture ou en transport en commun.

Ses besoins

Un chiot n’a pas la capacité de se retenir avant l’âge de 5-6 mois. Il est donc nécessaire de le sortir régulièrement. S’il s’oublie dans la maison, il ne faut surtout pas le punir mais l’emmener à l’endroit où il peut faire ses besoins. Des heures de repas fixes permettent de prévoir le moment de ses besoins. Lorsqu’il les faits au bon endroit, félicitez-le, il assimilera l’endroit à l’acte et à la récompense.

Les récompenses

Il y a différentes façons de féliciter un chien: par les caresses, le jeu ou les friandises. Cette dernière n’est pas la meilleure alternative car l’animal risque de grossir. Si cette option est choisie, il est conseillé d’enlever quelques croquettes de sa ration quotidienne afin de pouvoir les donner en tant que friandises. Les caresses et le jeu sont l’idéal: ils permettent de créer un lien entre le maître et l’animal. Le choix de la récompense dépendra du chien, il faut utiliser ce à quoi il réagit le mieux. La voix doit toujours être utilisée afin de montrer son approbation ou son mécontentement.

Pour que l’animal puisse avoir sa récompense, il faut qu’il exécute un ordre. Pour une caresse, ça peut juste être « vient ». Ce n’est donc pas au maître d’aller vers le chien pour lui faire une caresse sinon il est récompensé sans avoir rien fait de bien et le chien n’associera plus la récompense à un ordre donné.

Le dressage

Le dressage à l’obéissance est primordial pour « éduquer » le maître! En effet, il permet d’apprendre aux maîtres les principaux ordres à donner au chien, comment les donner et corriger le chien pour lui apprendre à exécuter l’ordre convenablement. Le dressage sert donc à donner les bons automatismes au maître pour une meilleure écoute de l’animal. La présence des autres chiens permet de sociabiliser le vôtre et aussi de lui apprendre à ne pas se laisser déconcentrer lors des séances d’exercices. Il est important que le maître soit son centre d’intérêt, tant pour les ordres que pour les jeux.
Le chien peut se rendre sur le terrain de dressage dès qu’il est en ordre de vaccins. Attention de ne pas oublier celui contre « la toux des chenils ». Plus un chien est jeune, plus vite il apprend.

La destruction

Les chiots ont tendance à détruire tout ce qu’ils trouvent lorsqu’ils se retrouvent seuls à la maison: s’ils ne sont pas suffisamment stimulés, ils s’ennuient et montrent leur mécontentement face à cet « abandon ». Pendant l’absence du maître, le chiot devrait avoir des jouets à lui, qui ne représentent aucun risque s’il les déchire.
Les absences doivent se faire le plus progressivement possible. Le chien n’a pas la notion du temps et s’habituera petit à petit à rester seul.

Il est préférable d’ignorer le chien 15 minutes avant le départ. Le vide sera moins grand pour lui lorsqu’il se retrouvera seul que si le maître l’a cajolé avant de lui fermer la porte au nez. Il faut également l’ignorer en rentrant, qu’il ne soit pas le centre d’intérêt. Ces deux périodes (départ et retour) sont très importantes pour éviter le phénomène d’ « anxiété de séparation ».

Les enfants

Un chien est un compagnon idéal pour les enfants. En plus d’être un ami fidèle, il lui apprend à être responsable. Cependant, il faut éduquer l’enfant au respect de l’animal en tant que tel et non comme un jouet. Afin d’éviter un quelconque accident, il est essentiel que l’enfant comprenne rapidement qu’il ne doit ni faire mal, ni provoquer l’animal. Un chien, aussi patient soit-il, a ses limites et risque de réagir violement à une situation déplaisante. De plus, le chien a ses propres « codes » pour signaler aux humains son état de nervosité et s’ils sont mal compris, le chien n’a plus d’autre possibilité que la morsure pour manifester son mécontentement.

Un enfant et un chien ne peuvent jamais rester ensemble sans surveillance, même s’il s’agit du chien de la famille !!!

La dominance

Le problème de dominance peut être présent chez les chiens de toute race, de tout âge et quel que soit le sexe. Cependant, ce sont surtout les mâles, non castrés, qui présentent ce type de comportement déplaisant et parfois à risque.

Un chien dominant urine afin de marquer son territoire. Il est recommandé de ne pas le laisser uriner n’importe où, de façon à limiter sa propriété et de ce fait les altercations avec les autres mâles qui se promèneraient sur ce territoire qu’il s’est octroyé.

Il est impératif de ne pas fixer un chien dominant dans les yeux, même le sien, car il prendrait ce contact visuel comme une provocation et risquerait d’attaquer. Entre chiens, le combat permet de déterminer l’ordre hiérarchique, avec ses risques éventuels pour la santé.

Ce comportement dominant peut être limité, voir anéanti, par l’établissement d’une hiérarchie stricte et par la castration. Suite à cette intervention chirurgicale, il n’y aura plus de présence d’hormone mâle et le chien perdra son impression de puissance.

Dès les premiers symptômes de dominance, il est conseillé d’aller voir votre vétérinaire, qui vous renseignera sur le comportement à adopter. Ses conseils, accompagnés de la volonté du maître, résoudront ce problème.

Les accidents

Afin d’éviter le moindre accident de morsure, il est primordial de suivre les conseils donnés ci-dessus. De plus, il faut interdire au chiot de mordiller, même s’il s’agit d’un jeu. Plus tard, il ne contrôlera plus sa force et risquera de causer des dommages, pensant que ce comportement lui est autorisé.

Conclusion

Il est très important d’éduquer son chien, et ce dès son arrivée avec de la patience, de la fermeté et de la cohérence. Tout ce qui lui sera inculqué devra rester valable toute sa vie. Bien entendu, certains chiens, de par leur caractère, doivent avoir une éducation plus ferme. Mais une éducation de base stricte est essentielle pour tous afin d’éviter d’éventuels problèmes futurs.

Les bases de l’éducation du chat

L’éducation du chat est moins complexe que celle du chien car il faut en exiger moins. Par son indépendance, le chat n’en fait souvent qu’à sa tête. Les mots à lui inculquer sont de ce fait limités au minimum, à savoir:

  • son nom,
  • « non »,
  • « descend »,
  • ainsi que d’autres petits mots simples.

Il n’est pas toujours évident de lui apprendre à ne pas monter sur la table, à ne pas griffer les rideaux, … L’éducation ne se fait pas, comme pour les chiens, sur base de récompenses. Pour qu’un chat comprenne qu’il commet une bêtise, il faut tout d’abord le prendre sur le fait, lui dire « non », sans crier, et s’il n’arrête ou ne descend pas, le déplacer à un endroit où il a le droit de se trouver. Ensuite, il est essentiel de rester cohérent et de montrer votre désapprobation à chaque fois, afin qu’il fasse le rapport entre ce qu’il fait et votre mécontentement.

Le comportement de grattage est absolument normal et nécessaire pour le chat, tant pour l’usure de ses griffes antérieures que pour un marquage de territoire. En effet, non seulement les traces de griffes montrent à d’éventuels chats de passage que le terrain « appartient » à un chat, mais des phéromones – sortes de marqueurs odorants – sont également libérées lors du geste de grattage, augmentant l’effet « carte de visite » de cette manifestation.

Pour éviter le plus possible les désagréments de destruction liés au grattage à l’intérieur, il est important de proposer au chat suffisamment d’alternatives, de préférence sous forme de petits troncs recouverts de corde enroulée. Ces grattoirs doivent être attrayants pour le chat et donc ne pas se trouver au fond d’une pièce rarement fréquentée… Dans l’éventualité de plusieurs chats à la maison, il faut également penser à multiplier les grattoirs…